• Facebook Clean
  • Twitter Clean
  • Flickr Clean
  • Instagram Clean

Editorial :

Un signe de contradiction

Nous sommes depuis dimanche dernier entrés dans le temps liturgique de la Septuagésime. Le terme de Septuagésime ( 70 jours) évoque l’exil de 70 ans des Juifs à Babylone, châtiés par Yahvé Lui-même en raison de leurs manquements et de leurs infidélités : « Car aussi nombreux que tes villes sont tes dieux, Ô Juda, et aussi nombreux que les rues de Jérusalem les autels que vous avez dressés pour brûler des offrandes à Baal ! » 

[ Jérémie, 11, 13]  

L’Eglise a introduit ce temps dans sa liturgie aux VIe et VIIe siècles, alors que Rome était sans cesse menacée par les invasions barbares, la peste et la famine. Les fidèles étaient alors invités à pleinement prendre conscience du danger plus mortel encore que représente le péché pour l’âme en exil, en quête de Dieu.

Le temps de la Septuagésime est composé de trois semaines (Septuagésime, Sexagésime et Quinquagésime) marquant les jours (respectivement 70, 60, 50) qui séparent les Chrétiens de Pâques. Durant ce temps les Chrétiens se préparent au Carême en méditant sur leur condition d’hommes blessés par le péché et pécheurs eux-mêmes. C’est un temps d’examen intérieur, de discernement, de méditations et de préparation au Carême. C’est ce temps que nous avons choisi pour ouvrir ce site.

Chaque semaine, nous vous proposerons un ou plusieurs ebooks à télécharger gratuitement. Il s’agira de textes de mystiques, de théologiens ou d’écrivains catholiques « tombés » dans le domaine public, parmi lesquels des saints que l’Eglise canonisa au fil des siècles. Nous avons choisi de nous placer cette semaine sous le patronage d’Angèle de Foligno, une franciscaine du XIIIe siècle qui fut l’une des premières à « théoriser » sous forme d’un certain nombre de « pas » les étapes mystiques d’une conversion radicale au Christ. Ces lectures s’adressent tout autant à un catholique converti de longue date qu’à toute personne arrivant par hasard sur ce site, et désirant prendre connaissance des trésors du patrimoine littéraire trop souvent ignoré ou oublié de l’Eglise.

Nous vous proposerons également les livres de notre collection, destinée à accueillir la libre parole d’auteurs catholiques sur la société contemporaine, que marquent une hostilité croissante à l’égard de l’Eglise et de ses Commandements. Un catholique se doit de discerner, pas d’accuser. Conscient de cela, nos ouvrages peuvent adopter aussi bien une démarche historique que mystique, philosophique que polémique, dès lors que leurs auteurs s’en tiennent à cette règle, en se souvenant de la prophétie de Syméon à propos du Christ qui sera « un signe de contradiction ».

Nous souhaitons modestement en être un également, face à la marche déviante du monde, de plus en plus éloignée de la Sainte Trinité et de l’enseignement du Christ. C’est pourquoi nous ouvrirons également nos colonnes à des chroniqueurs susceptibles de commenter régulièrement l’actualité politique et sociétale dans l’état d’esprit que nous venons d’énoncer.

Une nation qui se livre au diable, une autre qui y renonce : Il suffit de lire l’acte de consécration de la Pologne au Christ-Roi du 19 novembre 2016 prononcé à Cracovie et les 32 articles de la loi sur la bioéthique votée par le Parlement français pour mesurer le fossé qui sépare aujourd’hui une ex-fille aînée de l’Eglise ravagée par deux siècles de gouvernement maçonnique d’une Pologne qui montre le chemin au reste de l’Europe.

De ce point de vue, la lecture du Petit Journal de Sœur Faustine téléchargeable gratuitement en PDF et en eBook sur notre site, que nous soyons novices ou théologiens avertis, se révèle la source d’un grand profit pour la conversion comme pour la sanctification de nos propres âmes.

A propos de la Pologne, on y trouve ceci  : « Pologne, ma chère Patrie, si tu savais combien d’offrandes et de prières j’adresse à Dieu en ton nom ! » (PJ 1037).  . « Ô ma Patrie, combien tu me coûtes ! Il n’y a pas de jour où je ne prie pour toi » (PJ 1187) .La constante prière et l’ intercession de sœur Faustine ne sont sans nul doute pas étrangères au redressement spirituel de la Pologne, que concrétisa l’«Acte d’accueil du Christ comme Roi et Seigneur de Pologne », célébré en présence des ministres, des présidents de la Diète et du Sénat et de quelque 100 000 fidèles, le 19 Novembre 2016, en son sanctuaire de la Miséricorde Divine, à Cracovie. La voyante polonaise, Rozalia Celakowna (1901-1944), avait prédit ce redressement dans ses Mémoires : « La Pologne ne périra pas aussi longtemps qu’elle accepte le Christ comme Roi au sens plein du mot, si elle se soumet à la loi divine, à la loi de Son Amour. (…) Il y aura un terrible châtiment dans le monde (…). Seuls les États ne périront pas (…) qui le reconnaitront comme leur Roi et Seigneur ».

Le Petit Journal de sœur Faustine est dorénavant traduit et lu dans le monde entier. La prière de l’humble religieuse au seuil de la mort s’est réalisée : « En ce moment, lorsque j’ai pris la plume, j’ai adressé une courte prière au Saint-Esprit et j’ai dit :  Jésus, bénis cette plume, afin que tout ce que Tu m’ordonnes d’écrire, serve à la gloire de Dieu. J’entendis alors une voix :  Oui, je la bénis parce que sur cet écrit est apposé le sceau de l’obéissance à ta supérieure et à ton confesseur, et cela même contribue à ma gloire, bien des âmes en tireront profit. » À travers ce livre s’actue pleinement le fait que sainte Faustine Héléna Kowalska a été, comme Jean Paul II le déclara si justement lors de sa canonisation  un « don de la terre de Pologne à toute l'Eglise »